Nul en SEO ? Le guide gratuit

Introduction au référencement naturel

Google, qui dispose toujours de plus de 95% de parts de marché en France en 2014, est une excellente opportunité pour développer votre business.

Pourquoi travailler le référencement naturel ? Trafic, notoriété et… du business bien évidement !

Améliorer votre référencement naturel vous permettra de bénéficier de trafic dit « gratuit » provenant de google et de développer votre notoriété sur des sujets, produits ou solutions où votre entreprise souhaite se positionner. Incidemment, cela va jouer sur vos ventes et accroître votre clientèle si vous êtes dans le e-commerce, ou faire connaître vos services et solutions si vous ne vendez pas directement en ligne. Bref, l’entreprise d’aujourd’hui a tout intérêt à se positionner sur les expressions stratégiques pour son business, mais aussi son image et sa notoriété.

Le SEO, ou “search engine optimization”, consiste à vous placer là, tout en haut de cette liste !

 Les étapes de la stratégie SEO proposée

pyramide-seo-2-992cc

Cette présentation sous forme d’une pyramide présente les différentes étapes d’une prestation de référencement naturel.

Le choix de la pyramide a du sens et permet de comprendre les étapes d’un travail d’optimisation du référencement : définissez et hiérarchisez vos objectifs en ciblant vos mots clefs stratégiques en premier lieu, puis proposez du contenu de qualité, puis travaillez sur la création de liens entrants et les médias sociaux.

Nous détaillerons ces étapes dans la suite de ce guide.

Une stratégie SEO pérenne

Selon l’audit de votre site web, je propose des solutions performantes et durables pour positionner votre site dans les premiers résultats des moteurs de recherche.

Le référencement naturel d’un site en local peut prendre entre 1 et 6 mois, c’est un travail de longue haleine.

Avec un objectif : un référencement durable et pérenne au service de vos objectifs.

La recherche et le ciblage des mots clefs

A la différence de la pyramide de SEOMoz, je place cette étape en premier, c’est la base du référencement naturel, la planification stratégique sur laquelle tout le reste va se baser.

Concrètement, mettez à plat l’ensemble de vos produits, solutions et services, ainsi que les concepts reliés à votre business, et listez-les : ce sont les mots clefs que vous devrez utiliser dans votre contenu éditorial, ainsi que dans dans vos metatags « title » et « description ».

Si votre entreprise cible une région, une ville ou un quartier, il peut être intéressant de les mentionner, dans votre contenu éditorial comme dans les metatags.

Remarque : Pour trouver des synonymes ou élargir le champs sémantique des mots clefs que vous avez défini et que vous souhaitez cibler, utilisez le générateur de mots clefs de Google. Il vous permettra aussi de voir la concurrence éventuelle sur les mots clefs que vous visez. La concurrence peut-être rude sur certaines expressions. Ciblez des expressions locales (service + lieu) pour commencer, cela sera plus simple de vous classer. Enfin, Google suggère des requêtes quand vous commencez à taper une expression… une bonne source pour choisir et hiérarchiser vos objectifs.

Comment utiliser cette liste ?

Cette liste est essentielle et vous permettra :
– d’optimiser les metatags « title » et « description » des pages du site
– d’utiliser ces mots clefs dans le maillage interne : privilégiez des liens internes contenant des mots clefs explicites aux mots clefs type « cliquer là » ou « en savoir plus »
– Lors de la création de liens entrants, ce sont sur ces mots clefs (« ancre ») que devront se trouver vos liens.

Le contenu du site : les critères « on-site »

Sous cette dénomination, je parle autant des critères techniques pour optimiser le site que du contenu éditorial. C’est la base, pour que votre site puisse être référencé, il faut que les robots de Google puissent y accéder et le parcourir, et pour cela il existe des moyens pour aider Google à parcourir et comprendre votre site web. Non seulement le contenu doit être accessible, mais aussi « intéressant ».

- Soignez votre contenu éditorial : Par contenu éditorial, j’entends autant les textes, que les éventuelles images, infographies et vidéos. C’est essentiel, un bon contenu va attirer des visiteurs et pouvoir être partagé. Google peut surveiller la performance de votre contenu par la durée de visite de vos visiteurs sur vos pages, le nombre de pages vues par visite, le taux de rebond : il vaut mieux des visiteurs passant 5 minutes sur votre page que 10 secondes, c’est un signal évident de qualité ou non. Ces données sont récupérées par la barre google, via le navigateur chrome (+ de 25% de parts de marché) et le taux de rebond sur les pages de résultats.

 

services-webdesign-optimized

- Assurez-vous aussi que le contenu éditorial de chacune de vos pages est unique : pas de copier / coller de textes existant ailleurs sur le web, vous devez vous astreindre à écrire (ou réécrire) tous les textes de votre site sous peine de pénalité de Google (un sujet que j’aborderai dans un prochain article). Le contenu dupliqué au sein même du site sur différentes pages est aussi à éviter. Plus d’infos sur les différents types de contenus dupliqués.

- Oubliez les balivernes de la densité de mots clés : écrivez du contenu intéressant, lisible pour l’internaute, en intégrant en effet les mots clefs pertinents, mais n’allez pas croire qu’en intégrant 20 fois votre mot clef dans votre texte de 100 mots, vous vous classerez mieux : pire, vous risqueriez même d’être pénalisés.

– Mettez à jour vos pages, faites vivre votre site : Google apprécie la nouveauté et le contenu mis à jour, c’est là qu’ouvrir un blog est une bonne idée.

– Les Metatag « Title », « Description » et le tag « H1″ : Inclus dans le code HTML de votre page, ils doivent absolument exister sur toutes vos pages, et être uniques (jamais deux fois le même titre ou la même description). Limites techniques : 50 caractères pour le metatag Title, 160 pour le metatag description. Utilisez les mots clefs que vous aurez défini dans le point 1. ci-dessus. L’idée c’est de rédiger de manière à ce que cela soit pertinent et accrocheur pour un visiteur éventuel, mais que dans le tas vos mots clefs (ou des mots connexes) apparaissent.
Plus d’infos sur la « recette miracle du référencement » chez Laurent Bourelly.

Une description « Alt » sur toutes vos images : décrivez chaque image en quelques mots dans la balise appropriée, limite de 50 caractères.

Les URL : Préférez des URL (cad, le lien de votre page) parlantes, claires et courtes à des URL dynamiques. Exemple : blogmoteurs.fr/Le-referencement-pour-les-nuls.html est bien plus lisible, ergonomique, et compréhensible que blogmoteurs.fr/article.php ?id=bof&truc=blabla&au-fait=il-fait-beau&etc=xxxx

Arborescence du site en silos : organisez votre site par thèmes, pas besoin de faire un lien vers toutes les pages produit de votre site sur chaque page (oui, ça s’est vu), mettez plutôt en avant les catégories.

Le maillage interne : Il est essentiel de lier vos pages les unes entre les autres, pour que les robots de Google puissent parcourir l’ensemble de votre site. Utilisez les mots clefs définis dans le premier point pour les ancres des liens. La même ancre (=texte du lien) à travers le site devrait toujours pointer vers la même page.

Pas de PR sculpting avec Nofollow : cette technique est désormais désuète.

Stop au Flash : Flash est quasiment incompréhensible pour les moteurs de recherche. Si votre site est en Flash, commencez par en faire une version dite « dégradée », ou carrément en HTML : ça sera moins animé, mais quel est votre but, un site avec des animations ou un site référencé ? Vous pourrez utiliser flash pour des animations dans le site, à petites doses.

Attention au javascript : beaucoup de menus de sites web utilisent du javascript non optimisé (ou pire : du java), que google peut difficilement lire : Google ne pourra pas indexer les pages profondes de votre site.

Pas de Frame, ni iFrame : Même si Google s’est beaucoup amélioré sur ce point, cela reste un facteur bloquant pour l’indexation de votre site.

La création de liens entrants

Maintenant que votre site est optimisé tant d’un point de vue technique que éditorial, vous pouvez vous attaquer à la promotion de votre site web.

L’un des critères utilisés par Google pour définir si l’une de vos page est pertinent pour un mot clé, est le nombre de pages pointant un lien vers votre site en général, et vers chacune de vos pages en particulier.

Ce critère important est néanmoins à utiliser avec précaution : il s’agit de la première source de pénalités de la part de Google qui interdit ce type de pratique contrevenant à ses guidelines.

Les liens entrants ayant la meilleure pondération sont ceux provenant de pages dans la même thématique, d’autorité, le lien étant inclus dans le texte d’une page, un lien qui a été créé spontanément… pas évident !

Cela implique plusieurs choses :
– Les liens provenant de pages partenaires saturées n’ont aucun intérêt pour Google
– Les liens dans le footer ont de moins en moins d’intérêt
– Oubliez les liens d’annuaires, de sites de communiqués de presse… trop dangereux !
– Les liens provenant d’obscurs blogs auront beaucoup moins de poids qu’un lien provenant d’un site d’autorité (sites médias, sites de référence, etc.)

En vrac, des astuces concernant les annuaires si vraiment vous tentez ce biais dangereux :

– Ne vous inscrivez que sur des annuaires n’imposant pas de lien retour
– Assurez-vous d’écrire une description unique pour chaque annuaire.
– Evitez les annuaires payants
– Ciblez les annuaires de votre région / ville / thématique

Google Adresse : Pour les entreprises adressant un marché local, ce service permet d’afficher votre service aux personnes se situant dans votre zone géographique qui tapent votre expression clef dans le moteur de recherche : du référencement dit « local ».

Google Shopping : Comme Google Adresse, ce service spécifique va prendre de plus en plus d’ampleur et de visibilité en 2012, essentiel pour présenter vos produits.

Les réseaux sociaux

Votre ambition est de lancer une stratégie pérenne, une marque reconnue localement ou au niveau national ?

Vaste sujet que je ne vais qu’effleurer. L’étape suivante, pour aller plus loin, serait de fédérer une communauté autour de votre marque et/ou votre thématique, via un blog par exemple.

Couplez ce blog à une page Facebook, un compte Twitter, une chaine Youtube, soyez percutants et utiles pour vos visiteurs : ils vous le feront savoir et partageront (éventuellement) vos contenus…

Ce sujet est l’objet d’un vrai débat au sein de la communauté SEO, à savoir s’il s’agit d’un levier à utiliser ou non, est-ce que ça fait partie du scope du SEO. Pour ma part, j’estime qu’il s’agit d’un levier de trafic, qui n’améliorera pas forcément tout de suite vos positions, mais qui aura fatalement un impact sur la notoriété de votre site si vous proposez du contenu intéressant. Qui dit notoriété, dit recherches de notoriété, et taux de clics plus importants lorsque votre site apparaît dans les SERP (si votre site/marque est (re)connu).

Votre prestation de référencement naturel à Grenoble

Prenons rendez-vous pour un audit gratuit

Des bloggueurs SEO français aux avis très pertinents publiant régulièrement :
– Le blog Axe Net
Laurent Bourelly

D’autres graphiques présentant le SEO :

100 infographies SEO sur Pinterest

Netlinking :
38 manières de faire du netlinking, white hat, grey hat et back hat, et cet article de référence sur le sujet de la création de liens par Leonard Rodriguez
– Présentation des différentes sources de liens possibles
– Compilez les backlinks et classez-les avec cet outil excel pour SEO